Sud-Est-Société : Plan International Haïti a clôturé son projet de renforcement de capacité de résilience des filles et femmes à Jacmel

SOCIÉTÉ

Par Wilbert ALEXIS

La cérémonie de clôture du projet de renforcement de capacité de résilience des filles et femmes, élaboré et mis en oeuvre par Plan International Haïti dans la région du Sud-est, s’est déroulée, les 28 et 29 décembre 2021, à 9 heures, aux locaux de l’auberge Sous Le Manguier, à Breman.

Des membres de CASEC, des citoyens-nes, des membres de la Direction de la Protection Civile (DPC) ont pris part à la cérémonie de clôture de ce projet réalisé sur une durée de 4 mois dans 8 sections communales: Bas Cap Rouge, Gaillard, Ravine Normande, Pichon,
Mapou, Boucan Guillaume, Savanne du Bois et Fond Jean Noël.

Dr Pierre Richard FRANÇOIS, dans sa mise en contexte de la deuxième journée, a fait savoir qu’au cours de la mise en œuvre de ce projet pilote, Plan international Haïti a travaillé au renforcement des Comités Locaux de Protection Civile (CLPC) en fournissant des matériels et d’équipements appropriés à la Direction de la Protection Civile (DPC).

Ces matériels et équipements sont fournis dans le but de renforcer les CLPC afin qu’ils puissent s’impliquer dans leur communauté et parviennent à mettre en place des structures adéquates, en cas de situation d’urgence, a poursuivi M. FRANÇOIS.

Pour sa part, Renel JÉRÔME, coordinateur, a passé en revue les différentes phases du projet en évoquant les difficultés rencontrées pour se rendre d’une commune à une autre. Ces difficultés sont liées principalement à la pénurie d’essence à laquelle le Sud-est est confronté, clame-t-il.

À la suite de son intervention, les participant-e-s se sont regroupé-e-s en ateliers afin de fixer leur position par rapport à la réalisation du projet.

Campagne sur la gestion des risques et désastres, mise en place du plan d’urgence familiale, renforcement de 10 Comités Locaux de Protection Civile (CLPC), 450 jeunes formés sur les gestes qui sauvent, sont quelques-unes des réalisations du projet.

Le plan d’urgence familiale permettra de repérer les gens qui sont dispersés après une catastrophe naturelle. Des exercices de simulation, l’évaluation des dégâts et l’analyse des besoins ont été réalisés, selon ce qu’a rapporté Ronald DELICE, responsable de la Protection Civile dans le Sud-Est.

« Des gens meurent à cause du manque de formation en des gestes de secourisme. Maintenant, tous ces jeunes formés sont finalement dotés des capacités pour répondre aux besoins de la population, en matière du secourisme afin de diminuer le nombre de dégâts en cas de désastres et de castatrophes naturelles», a conclu Ronald DELICE.

Quant à Onel ANDRÉ, formateur certifié par la Croix Rouge Haïtienne et Ricaïna Rose Guerdine Thibaud, membre du comité de la cellule des secouristes, présents, ils ont exprimé leur satisfaction par rapport à ce projet surtout parce que le projet donne aux filles et aux femmes les moyens pour se défendre des violences dont elles sont souvent victimes après le passage des catastrophes naturelles.

Ce projet a été financé à hauteur de 9 millions de gourdes par Global Hub. Les différents partenaires sont la Direction de la Protection Civile (DPC), Leaders communautaires, des organisations de la société civile et des membres de CASEC.

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.