Sud-Est-Société : JISTIS organise à nouveau sa deuxième édition du festival d’éloquence à Jacmel…

SOCIÉTÉ

Par Rose-Val LOUIS

L’association dénommée Jeunes Intégrés pour un meilleur Système de Traitement des Incarcérés du Sud-est (JISTIS), a procédé, mardi 21 Septembre 2021, au lancement officiel de la deuxième édition du festival d’éloquence, en la salle de conférence de la Mairie de Jacmel.

Préoccupée par les mauvaises conditions d’incarcération à la Prison civile de Jacmel, JISTIS s’engage à les dénoncer et exiger de meilleurs traitements des détenus.  

Cette année, encore une fois, JISTIS se prépare pour marquer symboliquement le 73e anniversaire de la célébration des droits de l’homme.  L’association compte organiser plusieurs activités autour d’une thématique très évocatrice et significative : «  Punir pour réinsérer ».        

Pour rehausser l’éclat de cette initiative, de nombreuses activités artistiques, culturelles et sociales sont prévues pour cette période.

Plus spécifiquement, le lancement du concours de texte sur le thème «   kisa nou ka fè ak yon adolesan ou yon jèn ki nan delenkans ? »

Cette thématique est choisie pour rappeler aux autorités judiciaires  qu’au-delà de la punition qu’elles disposent une mission de réinsertion après le purgement des peines des incarcérés.  

Dans la même lignée, toutes les activités prévues sont étroitement liées aux trois objectifs généraux de JISTIS : la vulgarisation et la sensibilisation, Aider et Collaborer avec les personnes responsables pour un meilleur traitement des personnes incarcérées et la réinsertion.

Dates importantes à noter

8 décembre : Affichage de textes concernant les droits des détenus  à la prison civile de Jacmel ;

9 décembre : Causerie avec les institutions scolaires sur la question des droits de l’homme ;

Remise des prix aux gagnants à l’Alliance Française de Jacmel ;

Vendredi 10 décembre 2021 : Célébration du 73e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen.

En cette occasion, à 10 heures, il y aura une petite causerie sur la création artistique des droits de l’homme et à 15 heures, une plaidoirie entre une équipe d’avocats du Barreau de Jacmel, a expliqué Darlin Johancy, responsable artistique de cette initiative.

Loudie CESAR, Mairesse assesseure de la ville de Jacmel, se montre consciente de la situation des personnes incarcérées au centre de détention de Jacmel.  Pour encourager les jeunes, la mairie soutient cette activité, s’exclame-t-elle. Elle justifie ce soutien par la particularité et le sens des engagements de ces jeunes en s’exprimant ainsi : « Jwenn jèn ki vrèman vle bay yo menm nan yon aktivite konsa, nou dwe vrèman ankouraje sa », s’acclame-t-elle.

JISTIS est une machine créatrice et innovante. Hormis ses programmes annuels, elle a plusieurs projets en cours. L’un des projets serait l’implantation d’une bibliothèque au sein de la prison civile de Jacmel au profit des détenus, a déclaré Arguens JEAN MARY, responsable communication du festival.

Cathiana DESIRE, coordonnatrice de JISTIS, condamne avec la plus grande fermeté les modes de traitement des détenus après leur prison. Pour elle, la prison doit être un lieu de réinsertion sociale. C’est ce que defend JISTIS, conclut-elle.

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.