Sud-Est-Formation : Première édition de Ann Desine, une réussite à Jacmel

CULTURE

Par Rose-Val LOUIS

Sous les auspices de l’entrepreneure Christèle Frédérique et le graphiste Blaise Emilson, des certificats ont été décernés à 9 adolescent-e-s, dans les locaux de Réseau des Entreprises en Développement Agricole (REDA), ave. Monseigneur Guire Poulard, le dimanche 12 septembre dernier, pour avoir participé à une formation de 4 semaines baptisée «  Ann Desine ».

Ann Desine, c’est un programme socio-culturel, dont Blaise Emilson et Christèle. Frédérique en sont les initiateurs. Cette formation a pour objectif général d’encadrer les enfants dans la peinture et la calligraphie, inculquer des valeurs morales aux adolescent-e-s, comment se comporter en public, d’après Christèle Frédérique, l’ingénieure en production agro-pastorale.

Dans un espace bien décoré avec les travaux réalisés par les participant-e-s, l’exposition de peintures, les écritures en calligraphie, resteront comme archives pour ces derniers.

Dans son intervention, le plasticien Emilson Blaise, plus connu sous le nom de Blaise GRAF, n’a pas caché sa satisfaction et sa réjouissance pour la pleine réussite de cette séance de formation de 4 semaines avec des adolescent-e-s venant  de divers horizon. «  Ces enfants sont très intelligents », s’exclame-t-il.

Pour sa part, l’ingénieure-agronome Christèle Frédérique se dit fière de la façon dont les apprenant-e-s ont acquis  avec aisance les notions inculquées lors de cet atelier. Leur motivation prouve vraiment qu’ils représentent le bien-être de ce pays.

Quant aux Danaïca Shelby Joseph et Samedi C. Jovani, ils ont été très satisfaits de cette formation qui a pu transformer leur caractère sur le plan éthique et moral. En effet, ils ont profité de l’occasion pour exprimer leur gratitude aux initiateurs de cette formation tant attendue dans la communauté jacmélienne.

Concernant la réalisation de cette grande première, elle a été rendue possible grâce aux efforts déployés par les responsables et avec le peu qu’il soit, ils sont parvenus à boucler ce cycle d’apprentissage très riche en beauté et très dense en matière de transmission de savoir-faire aux participant-e-s.

En observant la situation des enfants, le tambourineur Emilson Blaise a lancé un vibrant message aux élites d’Haïti en leur demandant de se pencher sur le cas de ces derniers qui, souventes fois, sont négligés et abandonnés par l’État de ce pays.

Toutefois, le graphiste Emilson demande aux enfants de rester fermes, et focus sur leurs éducations ; tout en les exhortant : «  Aprann plis, jwe mwens » .

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.